L’importance des influenceurs par Christian Dumard

Capture d’écran 2018-01-27 à 15.56.18.png

Interview de Christian Dumard, fondateur de la société IMAGILI. Il travaille sur les réseaux sociaux et plus particulièrement YouTube dont il est partenaire depuis 2008.

Je sais que le sujet des influenceurs t’intèresse beaucoup. Peux-tu me dire ce que tu en penses ?

Au 20e siecle, un projet sportif s’il voulait exister devait utiliser les relations presse, les médias ecrit, radio et télé. Au 21e siècle, la télé est toujours influente, mais un nouveau média est arrivé, internet. Les sites web sont importants mais ceux qui vont toucher le plus grand nombre ne sont pas les médias, ce sont les personnes physiques et ça, c’est nouveau! Le monde de la communication n’est pas réservé aux médias. Les réseaux sociaux ont permis qu’une personne physique soit plus puissante qu’un média.

Ces personnes physiques sont des influenceurs et ont des dizaines de milliers, parfois des millions de followers, voire des dizaines de millions pour certains.

Aujourd’hui, chacun à son echelle doit absolument travailler avec les influenceurs. Sur une niche comme la méteo, par exemple, un influenceur peut avoir 5,000 ou 10,000 fans. Il faut toucher son cœur de cible.

Quand on souhaite toucher le public féminin, les influenceuses qui font des millions de vues sont incontournables. Les gens n’ont pas encore intégre qu’un influenceur peut être beaucoup plus puissant que le journal de 20h. D’autant plus quand ce sont des jeunes que l’on vise et encore plus des jeunes filles !

Une fille de 16 ans qui a des milliers de personnes qui la suivent, ça paraît inconcevable, ce n’est pas le schéma que l’on se fait aujourd’hui. Et pourtant, la réalité est là ! Il est nécessaire de travailler et respecter les influenceurs car ils sont d’énormes bras de leviers.

Lorsqu’on a une page de 10,000 fans, que va-t-il se passer avec un influenceur qui en a 2 million? Et bien il va me donner beaucoup de visibilité, puis il va me ramener de nouveaux fans et me permettre d’augmenter ma communauté.

Peux-tu nous donner un exemple d’influenceurs puissants sur YouTube ?

Le succès du Studio Bagel sur YouTube qui a une quarantaine de comiques, appartient à Canal maintenant. Quand ils lancent un nouveau comique, ils font des liens croisés sur les chaines youtube, l’un invite le nouveau dans sa rubrique, ou dans sa vidéo du mois, et donc en se renvoyant les liens, ils arrivent à faire décoler rapidement la notoriété du nouveau comique.

C’est ce qu’a fait Initiative Coeur avec Mécénat Chirurgie Cardiaque en travaillant avec Kev Adams. Leur stratégie regorge de bonnes idées.

Cette stratégie est appliquée par de nombreuses personnes, mais à la difference qu’Initiative s’est appuyé sur Kev Adams Celui-ci était parrain et a boosté la notoriété d’Initiative Coeur sur sa propre page facebook, ce qui leur a amené tout de suite un bond d’audience. Ils ont utilisé Kev Adams comme levier et cela a très bien fonctionné.

Pour moi, c’est cela le rôle des influenceurs : Obtenir une enorme visibilité et les utiliser comme des leviers.

Comment se passe la « transaction » avec un influenceur ?

Soit on le paye si on n’a pas d’idée et c’est c’est ce qui est le plus fréquent, ou bien on propose une idée originale sur laquelle tout le monde va gagner.

Comment trouve-t-on les influenceurs?

Il faut les contacter sur leurs pages facebook ou leurs chaines Youtube. Aujourd’hui, ils ont des agents. Dans le milieu de la voile, il existe une grande influenceuse, Sailing La Vagabonde. Elle est australienne et a une équipe pour gérer ses intérêts, monnayer ses interventions, les placements de produits etc. Elle gagne de l’argent en faisant des vidéos avec plus d’un million de vues en moyenne pour chacune d’entre elles. Dans le monde du nautisme, un journal se tire à 50,000 exemplaires pour les plus gros journaux ou magazines voiles. A elle seule, elle représente plus que les 20 plus grands médias de voile dans le monde, rassemblés!

Et finalement, les marques commencent à comprendre que placer des produits chez elle, c’est intéressant.

Aujourd’hui, un influenceur est un axe essentiel de la communication. C’est un nouveau métier qu’on pourrait appeler « relations influenceurs »

Est-ce couteux d’utiliser les services d’un influenceur?

Oui ! Sailing La Vagabonde, par exemple, est chère. Elle navigue sur un bateau d’un million d’euros qui lui a été prété . Je pense qu’il est necessaire d’avoir un budget de dizaine de milliers d’euros pour utiliser ses services. Celui qui lui prête le bateau a fait un vrai investissement et il gagne le jackpot ! Tous les 15 jours, il y a 1 million de vues des vidéos qu’elle tourne sur son bateau. Elle ne va dire que du bien de son bateau auprès de millions de gens qui vont rêver partir en croisière dans le monde. Elle aura beaucoup plus de poids qu’une simple page de pub tous les mois dans un magazine.

Quel est le retour sur investissement en argent ?

Une vidéo vue 1 million de fois, si tu achètes cela en espace publicitaire, c’est 40,000 euros, donc au bout de 20 ou 25 vidéos, tu as déjà payé 1 million d’euros ! On est à 40,000 euros pour 1 million de vues aujourd’hui. S’il fallait acheter 1 million de vues tous les 15 jours, il faudrait un budget de 80,000 euros par mois.

Pour les plus petites entreprises ou sportifs qui voudraient se développer et n’auraient pas ce budget, comment faire ?

Chacun doit réfléchir et trouver l’influenceur dans son domaine. L’erreur que les gens font souvent c’est penser qu ‘une personne connue est un influenceur. Or, sur internet, un influenceur est quelqu’un qui a une communauté. Si on prend l’exemple du nautisme, de grosses opérations ont été montées avec des gens très connus en télé, mais ces gens là, n’ayant pas de communauté sur internet, c’était un échec. On voit encore des courses ou les journalistes sont invités à l’autre bout du monde alors qu’ils n’ont que quelques milliers de lecteurs. Pour le même coût, on peut prendre un influenceur qui garantira 1 million ou 3 million de vues.

Dans les années 90, les entreprises dépensaient des fortunes pour faire voyager des journalistes et esperaient obtenir un article. Aujourd’hui, plus besoin de faire cela.

Il faut donc chercher des personnes très connues sur les réseaux sociaux et qui ont une communauté importante mais qui ne sont pas focément connues en tant que personnage public à la télé et surtout, des influenceurs qui correspondent à la cible que l’on veut toucher. C’est un vrai travail de recherche.

Quelles sont tes 5 recommandations pour développer sa notoriété avec des influenceurs?

1 – dégager un budget pour cela !

2 – identifier dans son domaine et par rapport à sa/ses cible/s les influenceurs. Il existe 2 catégories d’influenceurs : ceux qui sont installés, et ceux qui sont en devenir. Kev Adams, par exemple, en 2012 lorsque Initiative Coeur a travaillé avec lui, c’était l’époque ou il gagnait quelques milliers de fans chaque semaine sur sa page FB. Donc il n’était pas très connu, mais il était dans une dynamique très forte. Il avait 19 ans à l’époque et pour toucher un jeune, il n’y avait pas mieux. Donc, bien identifier les gens qui ont de grosses communautés. Quelqu’un qui vend 1000 produits par an, n’a pas besoin d’un gros influenceur. S’il trouve un influenceur hyper technique dans son domaine, cela fonctionnera.

3 – Trouver une idée, un axe de communication à leur proposer. Il ne suffit pas de leur dire « je veux travailler avec vous ! » Il faut être créatif et réfléchir. Parfois, les influenceurs ont des idées et puis parfois les annonceurs amènent les idées.

4 – Voir l’influenceur comme un bras de levier. C’est un relais de communication. On sait que peu de gens viennent sur le site internet d’une entreprise alors si un influenceur vante les produits de son entreprise, c’est un témoignage important.

5 – L’erreur aujorud’hui est de penser seulement au nombre de fans que l’on peut avoir sur ses différents réseaux sociaux. C’est important mais si j’ai de la visibilité chez les autres, mon nombre de fans va augmenter. L’objectif est d’avoir de la visibilité.

Dans le sport, les marques comme Nike l’ont compris depuis plus de 40 ans. Quand ils donnent 10 million d’euros à un sportif qui porte leurs chaussures, et leurs vêtements, c’est parce que le sportif va porter cela pendant 40 mns du match de basket et il est tenu contractuellement de dire du bien de la marque. Aujourd’hui, ils sont devenus influenceurs sur les réseaux sociaux, mais avant ils étaient aussi influenceurs dans les autres médias.

Un influenceur a aussi une déontologie, il ne va pas faire n’importe quoi et votre proposition doit entrer dans leur cadre de communication. Il est important d’être très créatif et réfléchir à ce qu’on leur propose. La cosmétique féminine l’a bien compris et les influenceuses recoivent tous les produits gratuitement depuis des années. Mais maintenant cela va bien plus loin que ça : il faut les payer !

En même temps, le monde n’a pas tellement changé. Seul les médiums ont changé. Avant on appelait cela une égérie dans le monde du mannequinat, aujourd’hui on dirait une influenceuse !

Vous pouvez retrouver Christian Dumard sur christiandumard.com , Imagili et aussi sur la page FB Record Passage du Nord-Ouest projet initialisé par sa fille Clara dont il est l’invité. 

Cecile Gallet

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *